Interview d'Elie Preveral, le cogérant de la Coopérative Pointcarré.

coop-rative-pointcarr-elie-preveral_orig.jpg
 
Faire vivre la coopération comme mode de fonctionnement dans un espace/temps où on glorifie la concurrence et l’individualisme.
 
cooperative-pointcarr-saintdenis_orig.jpg
 
lebeauthe-chez-pointcarr_orig.jpg

A la rencontre d’un lieu atypique à l’image de Saint-Denis et des belles années qui l’attendent.

Salut Elie, peux-tu te présenter ? D’où viens-tu ? Qui es-tu ?

Je suis codirecteur de la coopérative Pointcarré, un Tiers-Lieu qui a ouvert en septembre 2016.
Depuis 10 ans je travaille dans les réseaux de l'économie alternative où se croise la question du plaisir du métier et de l'engagement social et solidaire.
Je viens de pas très loin avec toujours la banlieue parisienne comme terrain de jeux et d'engagement.

Comment est née cette idée de coopérative : boutique, co-working, atelier de fabrication numérique, fablab, café… ? A Saint-Denis ?

L'idée est collective, comme toutes les belles idées ! Elle est issue de la rencontre d'habitants, d'associations, d'entrepreneurs, d'artisans, de designers qui ont voulu montrer deux choses : que la coopération est un fantastique levier de développement et que ce territoire souvent mal vu, caricaturé et soumis à de fortes tensions sociales est capable de produire des savoir-faire, du beau et du bon.

Pour nous l'essentiel est de montrer que l'économie du territoire se fait aussi par les habitants, leurs savoir-faire et leurs envies.

Tu nous parles de tes influences ?

C'est un peu la rencontre improbable entre Andines (pionnier du commerce équitable en France), l'unité d'archéologie de Saint-Denis et le mouvement coopératif… un mélange original ! 

Quels sont les challenges que tu rencontres au sein de la coopérative ?

Faire vivre la coopération comme mode de fonctionnement dans un espace/temps où on glorifie la concurrence et l'individualisme.

Quel est ton quotidien ?

Servir du café, m'amuser avec Excel et embarquer le Pointcarré vers de nouvelles aventures.

Tu nous parles des projets/nouveaux projets de la Coopérative ?

Le projet qui nous tient à cœur et occupe notre temps c'est de travailler avec les nouveaux entrepreneurs pour mettre notre atelier au service du design de leurs produits, de leurs packagings. Par exemple, on très content collaborer avec La Textilerie, un café boutique écoresponsable et créatif dédié au vêtement à Paris. On imagine avec eux et avec nos technologies et le talent de notre responsable d'atelier des agencements et des ameublements pour le café/boutique.

On veut aussi dans les semaines à venir développer avec La Miel une offre de formation et d'accompagnement pour encourager le développement de l'économie sociale et solidaire dans nos quartiers.
Et évidemment on a toujours l'ambition de renforcer la boutique, d'être le plus représentatif possible des habitants et de leurs savoir-faire.

La coopérative, un lieu gourmand ?

Depuis le début… un café et une épicerie ça impose d'ouvrir ses portes aux saveurs, aux goûts et aux odeurs.

Tea lover ? Une saveur de prédilection ?

Un Puerh 10 ans d'âge fermenté comme un bon whisky !

Tu as goûté le Beau Thé et tu n’as pas craché… vrai ?

Vrai

On expose en ce moment notre première collection à la coopérative. La collection s’intitule : « pour l’amour de nos Vices ». En parlant de vices, toi c’est plutôt paresse, ivresse, exaltation électronique, gourmandise ?

Le monocausalisme.

Où l’on te retrouve toi et la coopérative ?

Le Pointcarré un peu partout : TwitterFacebookInstagram, notre site et sinon en chair et en os du lundi au samedi au 20 rue Gabriel Péri.

Un mot pour les jeunes créateurs et entrepreneurs dionysiens ?

Amusez-vous et  venez coopérer avec nous !

Jeanne-Hervig Pelhate