Collaboration Le Beau Thé x Dame Oiselle de Papier

dame-oiselle-de-papier-x-le-beau-the_orig.jpg
Il y a une véritable envie de végétal, de remettre un peu de vert dans mon intérieur.
le-beau-the-infusions-detox_orig.jpg
dame-oiselle-de-papier-x-le-beau-the-3_orig.jpg
Les illustrations sont splendides et les noms des thés me font beaucoup sourire.

Rencontre avec Noémie, une artiste grenobloise qui nous invite dans son univers végétal, entre herbier & fleurs séchées. De la botanique à l’aquarelle, elle nous enivre de plaisirs futiles, un soupçon écolo elle remet un peu de poésie sur les réseaux sociaux. 

Salut Noémie, peux-tu te présenter ? D’où viens-tu ? Qui es-tu ?

Je m'appelle Noémie, j'ai 24 ans et je suis libraire. A l'origine, je suis normande et j'ai déménagé à Grenoble depuis quelques mois. La passion des fleurs me vient de ma maman.

Elle logeait en moi, secrètement et puis un jour elle s'est réveillée. Depuis, je ne m'arrête plus et dès que je croise la moindre petite fleur, je veux la garder, la faire sécher et la transformer en souvenir.

Comment est née cette idée ? Herbier et fleurs séchées ? 

Cette idée de fleurs séchées et d'herbier m'est venue à l'automne dernier. Je rentrais du travail, à pieds et je voyais toujours tout un tas de fleurs. Mais je ne savais jamais leur nom alors j'ai acheté un guide Delachaux pour en savoir plus. Je ne voulais pas oublier toutes ces informations alors je notais tout et je répertoriais cela dans un joli petit carnet avec une jolie écriture. Depuis, je n'ai plus arrêté.

Ce n’est pas un truc de grand-mère les herbiers ? 

Ah ça ! Je ne crois pas que cela soit uniquement dédié à nos aïeux. Derrière cela, il y a une véritable envie de végétal, de remettre un peu de vert dans mon intérieur.

Quelles sont tes influences ? 

Mon influence première est la nature. Je me suis aventurée dans l'aquarelle pour la représenter. J'avais vraiment envie de retranscrire les multiples nuances des fleurs, feuilles et pétales.

Ma deuxième influence est la poésie. Mes études en licence de lettres s'en font ressentir... J'ai toujours aimé les beaux mots, les associations de mots surprenantes... Et enfin, tout ce(ux) qui m'entoure(nt) en général.   

Un soupçon écolo, vraiment ?   

Très certainement, oui. En tout cas, il y a une vraie envie de retour aux sources, à la nature, au naturel. Au fond, c'est une démarche plus grande et une nouvelle façon de vivre qu'il y a derrière. Et l'écologie en fait partie. Faire attention à la planète et à l'environnement.   

Tea lover ? Une saveur de prédilection ? 

Oh oui ! Mon addiction au thé n'est pas si vieille mais elle est très importante. Une boisson chaude est si réconfortante... J'aime les écorces d'orange, la cannelle, l'amande, cerise. En y réfléchissant, je me dis que je ne suis pas difficile !

Tu as goûté le Beau Thé et tu n’as pas craché, vrai ? 

 Oh non ! J'ai adoré tous les thés de cet atelier. Ma préférence va au "Coup de fouet".

Pour cette collaboration Dame Oiselle de Papier x Le Beau Thé, tu as travaillé sur notre première collection, « pour l’amour de nos Vices ». Tu nous expliques ton choix ? Tes envies ?

Comme je le disais le thé est très important dans ma vie, j'adore sa douceur au matin avant de petit déjeuner mais il m'accompagne tout au long de la journée. Bizarrement, il m'inspire beaucoup et j'en ai besoin lorsque je fais mes petites créations. J'aime boire un bon thé chaud au retour d'une balade alors que je répertorie mes trouvailles.

Alors quand j'en ai eu l'occasion, j'ai eu très envie de collaborer avec Le Beau thé. J'ai été séduite par les sachets de thé, les associations de plantes surprenantes et par la poésie qui s'en dégage.

Les illustrations sont splendides et les noms des thés me font beaucoup sourire. Je ne pousse pas le vice de la paresse jusqu'à l'extrême mais j'aime flâner sans but précis dans la nature. Il s'agit juste pour moi de m'en imprégner et de rentrer chez moi pleine d'inspiration.  

D'un point de vue artistique, une préférence dans la collection ?

J'aime les petits détails apportés à la marque : le cousu main, la recherche de nouvelles saveurs, la dorure sur les boites, les petites illustrations sur les sachets. Ce sont de petites choses qui font réellement la différence.

En parlant de vices, toi c’est plutôt Paresse, Ivresse, Exaltation Electronique, Gourmandise ? 

Je dirai plutôt la... gourmandise.

Où l’on peut retrouve Dame Oiselle de Papier ?

➔ Insta : @dame_oiselle.de.papier
➔ Facebook : @dameoiselledepapier
Sur mon blog : Blog Dame Oiselle de Papier

 
Jeanne-Hervig Pelhate